Savoirs et pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle - EA 4116 SAPRAT

Imprimer

 

Historique de l’équipe

  • Direction : Brigitte Mondrain

Contact

MONDRAIN Brigitte
Directeur d'études - Sciences historiques et philologiques
Tél. :
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

L’EA 4116 (SAPRAT : Savoirs et pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle) a été créée en 2006, à partir du regroupement de quatre équipes préexistantes à la Section des Sciences historiques et philologiques de l’Ecole pratique des Hautes Etudes : trois équipes d’accueil - EA 2721, Histoire et analyse du texte au Moyen Âge, dirigée par François Dolbeau, EA 2720, Transmission et mutation des savoirs antiques, dirigée par Danielle Jacquart et EA 3580, Centre Charles Graux pour l’archéologie, la codicologie et la paléographie des livres et archives du Moyen Âge grec et latin, dirigée par Brigitte Mondrain – et une jeune équipe – JE 2368, Répertoire photographique des manuscrits de la BNF contenant des notations neumatiques françaises et carrées jusqu’à 1600, dirigée par Marie-Noël Colette.

Les travaux de l’EA 4116 s’inscrivent dans une histoire culturelle qui privilégie l’étude des mutations sur la longue durée (du Moyen Âge au XIXe siècle) et une approche comparatiste de différents domaines de créativité (sciences, techniques artistiques, médecine, art de la négociation), appréhendés dans leur évolution propre et dans leur interrelation, sans perdre de vue les cadres politiques et religieux ni les réseaux institutionnels dans lesquels ils s’insèrent. Une part importante est accordée au recensement des textes-sources, à leur édition, à leur analyse critique dans leur double aspect formel et intellectuel. Sont en outre étudiés les voies de transmission de ces savoirs, leur concrétisation dans des pratiques, ainsi que les modes d’expression conçus et utilisés par leurs acteurs. Comme son intitulé l’indique, l’EA 4116 s’est donné pour problématique centrale l’articulation entre savoirs et pratiques : comment la constitution et la transmission de savoirs organisés se reflètent-elles dans des pratiques décelables par l’historien ?