Gonneau, Pierre

Print

 

Pierre GONNEAU

Contact

GONNEAU Pierre
Directeur d'études cumulant - Sciences historiques et philologiques
Tél. :
This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

pierre gonneau



Projet scientifique

Cette direction d’étude vise à mieux faire connaître l’histoire de l’espace russe par l’étude de l’ensemble des sources disponibles. Mais elle se propose aussi de comprendre comment, entre le XIe et le XVIIe siècle, s’est constitué un patrimoine textuel, iconographique et artistique qui a contribué à façonner une conscience historique russe. Il s’agit d’une construction idéologique lente et complexe, non dépourvue de débats et de contradictions internes, soumise à des révisions parfois drastiques, mais dont le « grand narratif » est encore très fortement assimilé. La fin de l’URSS et les indépendances des anciens États membres, ont récemment suscité de nouvelles polémiques, en particulier sur le destin commun des trois « frères slaves » (Belarus, Russie, Ukraine) et sur la nature coloniale de l’Empire russe. Tenter d’approcher les réalités de ce passé, mais aussi de voir comment il a été représenté à diverses époques, donne le recul nécessaire à la compréhension du « monde russe ».

* 2010. Commissaire de l’exposition « Sainte Russie : l’art russe des origines à Pierre Le Grand », organisée par le musée du Louvre (5 mars – 24 mai).

* 2012. Publication du volume Des Rhôs à la Russie (IXe-XVIIe s.), synthèse sur l’histoire de l’espace de l’Europe orientale, depuis la formation de la Rus’ (ou Russia de Kiev) jusqu’à l’Empire russe à l’époque des réformes de Pierre le Grand. En collaboration avec Aleksandr Lavrov (Université Paris-Sorbonne), aux PUF dans la collection Nouvelle Clio.

* 2012. Publication du volume Mérimée, Prosper, Épisode de l’histoire de Russie : les faux Démétrius, Genève, Champion (Œuvres complètes de Mérimée. Histoire de Russie I), en collaboration avec J.-L. Backès [édition annotée de l’essai historique et dramatique de Mérimée sur le Temps des Troubles]

* 2012, 9-11 mai. Organisation du colloque international « Ecrire et réécrire l’histoire russe, d’Ivan le Terrible à V.O. Kljuevskij ». Le but de ce colloque est de réexaminer l’élaboration de l’Histoire russe en tant que mythe culturel, depuis l’établissement de l’Empire russe (1547) jusqu’à la veille de sa chute (1905). Deux œuvres de premier plan marquent les bornes chronologiques de ce processus. La première est la compilation fondatrice du métropolite Macaire, le Livre des degrés de la généalogie impériale, rédigée entre 1555 et 1564. La seconde est le Cours d’histoire russe (1904-1911) publié par Vasilij O. Kljuevskij, l’historien russe le plus réputé avant la révolution bolchévique. Entre-temps, des auteurs célèbres, comme Vasilij Tatiev, Nikolaj Karamzin, ou Sergej Solov’ev, ont apporté d’importantes contributions personnelles au champ. De même, des écoles historiques, comme la fameuse « École de l’Etat » née à l’Université de Moscou, ou l’école marxiste, se sont affrontées pour produire un scénario cohérent de l’histoire russe, en accord avec l’avancement des sciences à leur époque et avec les besoins de la société russe. Par ailleurs, des étrangers, soit recrutés par des institutions russes, soit travaillant depuis leur pays, ont également tenté de donner un sens à l’histoire russe.

* 2013. Publication du volume Écrire et réécrire l’histoire russe, d’Ivan le Terrible à V.O. Kljucevskij, en collaboration avec E. Rai, à l’Institut d’études slaves.

* 2014. Publication d’Ivan le Terrible ou le métier de tyran, aux éditions Tallandier.

* 2014. Responsable du projet de constitution d’une Series rossica dans la collection des Monumenta Palaeographica Medii Aevi. Préparation du premier volume de la série : Les plus anciennes chartes russes (XIIe – XIVe s.). Projet n°51 de l’Union académique internationale.


Champ de recherche

Histoire de la Rus’ (IXe-XIIIe s.) : étude des plus anciennes chroniques de la Rus’ médiévale sous l’angle de la constitution d’un fonds commun de références narratives et d’exempla historiques. Analyse du lexique, des motifs et des formules récurrents. Comparaison des trois principaux foyers historiographiques de la période : Kiev (puis la Galicie-Volynie), Vladimir-sur-la-Kljaz’ma, Novgorod-la-Grande. Recoupements avec les autres sources narratives (hagiographiques en particulier), les sources archéologiques, les monuments architecturaux et les objets d’art conservés. Mise à contribution des sources étrangères.

Histoire de la Moscovie (XIVe-XVIe s.) : étude des sources médiévales tardives (autochtone et étrangères), mais plus particulièrement du patrimoine écrit et iconographique russe et de l’articulation entre texte et image. Je tente de retracer l’élaboration des mythes fondateurs et des constructions identitaires. Je m’intéresse en particulier à la constitution de l’historiographie russe, dans ses versions officielles (kiévienne, moscovite, mais aussi tvérienne, novgorodienne…) ou dissidentes (contre-histoire d’Andrej Kurbskij, textes émanant des Vieux-Croyants…). La figure du prince, du souverain, puis du tsar est aussi un thème privilégié, de même que les notions de « pays russe(s) », puis d’Empire.

Histoire de l’Eglise russe (XIe-XVIIIe s.) : ce vaste domaine comprend notamment les relations entre le temporel et le spirituel, la lecture exégétique de l’histoire, l’utilisation des citations scripturaires dans le discours religieux, politique, mais aussi dans les œuvres littéraires profanes, les doctrines de Moscou - Troisième Rome et/ou Nouvel Israël, la spiritualité monastique et la question des biens d’Eglise, l’hagiographie et l’iconographie.

La Slavia orthodoxa, comme espace religieux et culturel : à partir de la mission des saints Constantin-Cyrille et Méthode, continuée par leurs disciples, se crée une troisième langue de culture européenne, après le grec et le latin, le vieux slave. Elle se différencie au fil des siècles en slavons régionaux, mais l’unité culturelle de l’espace slave orthodoxe est largement préservée, au moins jusqu’au début du XVIIIe siècle. J’étudie la circulation des hommes, des courants religieux et des œuvres littéraires, un domaine en plein renouveau, dans le cadre d’une Europe qui (re)découvre cet héritage depuis la chute du mur de Berlin.

Géographie historique de l’espace russe : j’ai en particulier abordé les questions de l’occupation du sol, de la colonisation monastique, de la cartographie historique de la Russie centrale.

Bibliographie : mes contributions de fond sont complétées par des mises au point bibliographiques et méthodologiques permettant aux jeunes chercheurs de s’initier plus rapidement au champ d’étude.


Laboratoire scientifique de rattachement

Equipe d'accueil de l'EPHE : Histara
Directeur adjoint de l’UMR 8224 EUR’ ORBEM (Europe orientale, balkanique et médiane)
Professeur d’histoire et civilisation russe à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV)


Publications

Liste des publications